Du piano au bijou… il n’y a qu’un trait de scie !

Publié le par Finger Factory

Dans la famille Finger, papy était organiste, mamie jouait du piano, mon père est choriste en version basse, ma tante est aussi pianiste, mon frère batteur, mon cousin guitariste… et de tout cet héritage, je n’ai pas attrapé l’once d’une miette d’espoir d’être douée pour la musique !

Un jour, ma mère a retrouvé quelques revêtements de touches de piano en ivoire, déformées, striées et pleines de colle, provenant du grenier de ma grand-mère paternelle. Elle m’en fit cadeau en me disant « tiens, tu sauras peut-être quoi en faire ! ». Autant vous dire que c’est allé directement dans mon tiroir à trésors intitulé « bon je sais pas quoi en faire, mais on ne sait jamais, une fulgurance peut-être un jour traversera mon esprit… ». Et, ô lumière divine, ce jour est arrivé ! Par une après-midi où l’idée d’une nouvelle forme avait touché mon cerveau, je m’acharnais sur une chute en os très épaisse et très retors… Je souhaitais réduire son épaisseur de plus de la moitié, autant dire qu’il fallait y passer quelques jours. Les petites touches en ivoire me sont revenues alors à l’esprit. Leur finesse était parfaite pour ce que je voulais en faire ! Tremblant à l’idée de casser ce petit morceau de matière noble chargée d’histoire, je parvins quand même, satisfaite, à mon but, ouf !

C’est ma petite contribution à l’histoire de cette famille de musiciens. Vous connaissez maintenant la petite histoire de ce collier en ivoire que j’ai nommé « Jeannette » !

 

CollierJeannette2

Publié dans Nouveauté

Commenter cet article